Soutenance de thèse – A. Deschamps – 20 octobre 2021

Amélie Deschamps, doctorante à l’UMR EVS 5600 et à l’Université Jean Moulin Lyon 3, soutiendra le mercredi 20 octobre 2021 sa thèse intitulée “Faire végétaliser l’espace public aux habitants : quelle participation pour quelle ville durable ?” en saille Caillemer, 15 quai Claude Bernard.

devant un jury composé de :

  • Mme Blanc Nathalie, rapporteure, directrice de recherche, LADYSS-CNRS
  • M. Clergeau Philippe, examinateur, Professeur émérite au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris
  • Mme Emelianoff Cyria, rapporteure, Professeure des Universités, Université du Mans
  • M. Gollain Vincent, examinateur, directeur du département économie, Institut Paris Région
  • M. Joliveau Thierry, examinateur, Professeur des Universités, Université Jean Monet Saint Etienne
  • Mme Bourdeau-Lepage Lise, directrice de thèse, Professeure des Universités, Université Jean Moulin Lyon 3

Résumé : Les programmes municipaux de végétalisation participative se multiplient au sein des villes. Ils permettent aux habitants de végétaliser l’espace public, avec des jardins partagés ou des opérations de rue (jardinage de pied d’arbre, fosse dans les trottoirs, bac de culture, etc.). L’objectif de cette thèse est d’étudier ces dispositifs dans trois contextes urbains français différents, Lille, Lyon et le treizième arrondissement de Paris. Une méthode mixte croisant enquête quantitative et enquête qualitative est utilisée. Cette thèse conduit à plusieurs résultats. D’abord, la mise en place de dispositifs de végétalisation participative s’est faite à partir d’initiatives habitantes informelles, peu à peu institutionnalisées par les municipalités depuis la fin des années 1990. Ensuite, l’élaboration de ces politiques a contribué à la création d’un nouveau modèle de gouvernance, pour la co-construction d’un aménagement urbain, entre habitants et municipalité. Cependant, la participation des habitants à la végétalisation de la ville reproduit les inégalités urbaines préexistantes. Ces initiatives sont diversement réparties sur les territoires urbains et se concentrent en particulier dans les quartiers au niveau de vie moyen voire aisé. Les pratiques de jardinage des habitants prennent également part à ces inégalités en mettant en avant des normes environnementales qui peuvent se révéler discriminantes. Enfin, la végétalisation participative montre un potentiel variable dans sa contribution à la renaturation de l’espace urbain. Elle concourt à la végétalisation d’espaces publics de proximité. Toutefois, l’engagement des habitants dans le temps long reste une limite du dispositif.

Contact : amelie.deschamps1@univ-lyon3.fr

Doctorant.es d’EVS, n’hésitez pas à envoyer l’annonce de votre soutenance aux représentant.es pour qu’elle soit publiée sur le blog !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search