Soutenance de thèse – N. Briot – 3 décembre 2021

Ninon Briot, doctorante à l’UMR EVS 5600 et à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, soutiendra le vendredi 3 décembre 2021 sa thèse intitulée “Villes en réseaux. Les coopérations internationales des villes françaises : spatialisation, internationalisation, européanisation” en salle D2-034, 15 parvis Descartes, à 14h devant un jury composé de :

  • BRETAGNOLLE, Anne, Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Rapporteure
  • REITEL, Bernard, Professeur des Universités, Université d’Artois, Rapporteur
  • BAUDELLE, Guy, Professeur des Universités, Université Rennes 2, Examinateur
  • ESCACH, Nicolas, Maître de Conférences, Institut d’études politiques de Rennes, Examinateur
  • REGNIER, Paul-David, Délégué général aux relations internationales, Commune de Paris, Examinateur
  • BOULINEAU, Emmanuelle, Professeure des Universités, Ecole Normale Supérieure de Lyon, Directrice de thèse
  • COUDROY DE LILLE, Lydia, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2, Co-Directrice de thèse

Résumé : Cette thèse porte sur l’internationalisation et l’européanisation des villes françaises par le biais des réseaux de coopérations internationales entre villes. Ces coopérations internationales se divisent en trois types : les coopérations bilatérales, les projets européens et les associations de villes. L’objectif est de montrer comment ces liens de coopération structurent les territoires à différentes échelles. D’un point de vue méthodologique, ce travail se caractérise par le recours à des approches complémentaires. J’utilise des techniques quantitatives pour exploiter des bases de données recensant ces coopérations. Je croise les résultats obtenus à des données issues d’une enquête qualitative, pour interroger les stratégies déployées par les acteurs des villes. Quatre résultats en découlent. Tout d’abord, l’espace joue un rôle central dans la mise en place des coopérations, et il est structuré par celles-ci. Ces coopérations font apparaître des espaces régionaux. Parmi eux, l’échelle européenne apparaît tout particulièrement : les coopérations entre villes sont portées par les institutions européennes qui s’en servent pour appuyer la construction de l’espace communautaire. Troisièmement, une géographie alternative des villes centrales au sein des réseaux de villes est révélée, et s’explique par le fait que les villes utilisent les coopérations internationales pour se repositionner dans la hiérarchie urbaine et vis-à-vis des institutions nationales et supranationales, ce qui fait écho au concept de rescaling. Enfin, on montre que ces coopérations permettent aux villes d’échanger de bonnes pratiques sur des enjeux contemporains. Ces coopérations structurent les acteurs à l’échelle locale et participent à la formalisation d’un projet de développement territorial qui permet de penser la ville comme un acteur collectif.

Contact : ninon.briot@ens-lyon.fr

Doctorant.es d’EVS, n’hésitez pas à envoyer l’annonce de votre soutenance aux représentant.es pour qu’elle soit publiée sur le blog !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search