Faire une thèse : pluralité disciplinaire etengagement dans la cité (14h, 17h ou 20h)

Responsables
Pascal Béguin, Université Lyon 2 (ergonomie) Denis Cerclet, Université Lyon 2 (anthropologie) Thierry Coanus, ENTPE (sciences sociales) Bernard Guy, ENSMSE (physique et géologie) Isabelle Lefort, Université Lyon 2 (géographie) Thomas Zanetti, Université Lyon 3 (géographie)

Inscriptions : auprès de Thierry COANUS (t.coanus@orange.fr) au plus tard le 17 février 2023.


Objectifs
Le projet de thèse est généralement rattaché à une discipline dominante, qui peut comporter toutefois des éléments – méthodologiques, par exemple – se référant à d’autres disciplines plus ou moins connexes (d’où des codirections de thèse de plus en plus courantes, des comités de thèse souvent pluridisciplinaires, etc.). Par ailleurs, le financement des thèses se fait davantage aujourd’hui qu’hier dans le cadre d’appels à projets le plus souvent pluridisciplinaires (le changement climatique, les menaces sur la biodiversité, la gestion des risques, la gestion des villes, la dégradation de la situation sanitaire…). L’exercice du doctorat s’inscrit donc dans un contexte complexe : ce séminaire vise à travailler collectivement le positionnement dans le champ de la recherche, la définition d’une posture associée et les choix d’outillages méthodologiques ou conceptuels.


Organisation pratique
La formation est organisée en 3 journées groupées, les 20, 21 et 22 mars 2023. La première a une vocation introductive. Les deux suivantes seront organisées en 4 demi-journées thématiques. La validation suppose a minima la participation à la journée introductive ainsi qu’à 2 des 4 demi-journées suivantes (soit un total minimum de 14h). La participation à 3 des 4 demi-journées vaudra 17h, et le suivi de l’intégralité du séminaire vaudra 20h.

Contenu
Une large place sera dédiée aux échanges avec les doctorants.

Journée introductive (tous participants)
La matinée sera consacrée une présentation rapide des thèses des doctorants inscrits. Sera ensuite organisé un débat entre chercheurs et doctorants, ainsi qu’entre doctorants, afin d’en dégager quelques pistes de réflexion transversales qui seront ensuite mises en tension dans le reste des séances. La première partie de l’après-midi sera consacré à un retour sur le vocabulaire (pluri-, multi-, transdisciplinarité) et à une présentation des approches les plus marquantes de ces cinq dernières décennies dans ce domaine. Une discussion générale servira à mettre en écho les travaux évoqués le matin et les points saillants de la présentation de l’après-midi.

Connaissance, science, savoir, savoir-faire (resp. P. Béguin et Isabelle Lefort)
La connaissance peut être conçue sur deux modes : un premier, dit scientifique, issu d’une abstraction destinée à produire une connaissance partagée, dotée d’une certaine valeur de vérité. Un second, dans la continuité de l’expérience empirique, et dont la validité se déduit de sa capacité à transformer le monde. Dans les sciences sociales, ce couple fonctionne différemment selon les disciplines, plus ou moins directement impliquées dans l’action, mais aussi selon divers paradigmes (par exemple : positivisme, pragmatisme, constructivisme…). Toutefois, rares sont les positionnements de recherche qui éludent la question de l’usage et de l’application sociale (et donc politique). Il n’y a pas la science d’un côté et la société de l’autre, mais toujours de la science produite dans/par/avec du social et du politique. À partir des situations de recherche des doctorants, le séminaire se propose de questionner les démarches de recherche où chercheurs et non chercheurs s’associent pour produire
des connaissances nouvelles, et réfléchir à la capacité de certains énoncés à modifier la réalité et les pratiques associées.

Espace(s)-Temps(s) (resp. D. Cerclet et B. Guy)
Au quotidien et souvent dans la recherche, le temps et l’espace sont distingués et cette conception reste ancrée dans une physique du XIXe siècle. Pourtant, de plus en plus souvent, les chercheur·e·s en SHS, influencé·e·s par la physique contemporaine, critiquent l’idée d’un temps et d’un espace donnés ou encore celle d’être sur l’espace et dans le temps. La demi-journée de formation aura pour objectif de voir ce que signifie, du point de vue théorique et dans le quotidien de la recherche, de relier l’espace et le temps et d’essayer de les penser ensemble à partir du mouvement. Apports théoriques sur le temps et l’espace dans les sciences sociales, la physique, la géographie, etc. Exercices pratiques : présentation aux doctorants de quelques situations (images, vidéos, textes) et, après un temps de réflexion, échanges sur ces situations.

Analogie, comparaison, métaphore (resp. T. Coanus et I. Lefort)
Les recherches doctorales menées dans le cadre de l’ED sont nombreuses à travailler des terrains différents, qu’il s’agisse de localisation, d’acteurs, de politiques publiques, etc. La pluralité des situations d’enquête est souvent conçue sur le principe de la comparaison. L’analogie est parfois utilisée, ne serait-ce que de façon heuristique. Ce faisant, se posent des questions génériques, ajustables et mobilisables quels que soient les projets individuels : qu’est-ce qu’un raisonnement analogique ? Qu’est-ce que comparer ? Que disent ces opérations des relations de voisinage entre disciplines ou courants disciplinaires ? Quant à la métaphore, elle survient souvent dans l’exposition du travail scientifique (écriture, présentation orale…) : quelle valeur lui accorder ? La séance sera construite à partir d’une intervention à plusieurs voix, suivie d’un échange structuré avec le groupe des doctorants.

Espaces critiques (resp. T. Zanetti)
Se dire critique suffit-il à penser l’engagement ou à être engagé·e ? La multiplication des travaux, rencontres et chercheur·e·s se réclamant d’une approche critique consiste principalement à un dévoilement et à une contestation des relations de pouvoir et des structures de domination (s’engager contre), quand l’engagement supposerait une prise de position et des propositions (s’engager pour). Dans le cadre de cette formation doctorale de
l’atelier 7, le Réseau des Géographes Libertaires propose un atelier participatif pour réfléchir collectivement aux enjeux du positionnement et de l’engagement dans les travaux de recherche. A partir d’un corpus d’extraits de textes portant sur cette thématique, les objectifs sont d’échanger à partir des textes sur la question de la posture scientifique, de partager des questionnements et de soulever des problématiques, de revenir sur des expériences et des observations de terrain.


Nb d’heures : 14h, 17h ou 20 h en 6 demi-journées. Calendrier : 20, 21 et 22 mars 2023.
Public : doctorants inscrits à l’ED 483, chercheurs de l’UMR 5600 EVS et au-delà.
Capacité d’accueil : 20.
Inscription : auprès de Thierry COANUS, par simple mail (t.coanus@orange.fr)
Date limite d’inscription : 17 février 2023.
Lieu : à préciser, mais à proximité des Berges du Rhône (Lyon 7e), et sous réserve de la situation sanitaire générale.
Validation : la formation est validée par la présence à la journée introductive ainsi qu’à au moins 2 des 4 demi-journées thématiques.
Suivi de 2 demi-journées thématiques : 14h.
Suivi de 3 demi-journées thématiques : 17h.
Suivi de 4 demi-journées thématiques : 20h.



Citer ce billet
Représentant.es des doctorant.es (2023, 17 janvier). Faire une thèse : pluralité disciplinaire etengagement dans la cité (14h, 17h ou 20h). Blog des doctorant.es du laboratoire EVS UMR 5600. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omqb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search