Appel à communications Congrès Doctoral EVS 2023 « La fabrique de la pluridisciplinarité à EVS »

Les représentant‧es des doctorant‧es de EVS (Environnement Ville Société) organisent le congrès doctoral de l’UMR le mercredi 24 mai à l’ENS de Lyon (campus Monod et Descartes) sur la problématique de la pluridisciplinarité en thèse. La pluralité des disciplines constitue aujourd’hui un des horizons majeurs de la recherche. Le dialogue entre les disciplines est au cœur de la dynamique de l’UMR EVS qui « développe une posture réflexive sur l’exercice de la pluralité scientifique en son sein, grâce à un large spectre disciplinaire couvrant principalement la géographie, l’urbanisme, l’anthropologie, le droit, les sciences de l’ingénieur, l’architecture et l’ergonomie. » Pour ce faire, la recherche est organisée en ateliers transversaux et non « mono-disciplinaire » dont l’objectif vise la constitution d’un savoir commun. Il nous a semblé opportun, après le congrès 2022 qui interrogeait la distance au terrain, de nous questionner cette année sur le rapprochement entre nos disciplines. La démarche de « faire laboratoire » passe par les échanges de théories, méthodes, savoirs et pratiques. Nous vous invitons à vous inscrire dans cette démarche pour participer à la fabrique de la pluridisciplinarité à EVS, selon les trois axes suivants.

1. Mettre la pluridisciplinarité en pratiques au service de la démarche scientifique


La pluridisciplinarité est aujourd’hui une ressource et un enjeu auxquels nombre d’entre nous sont confrontés au cours de leur parcours doctoral. La mobilisation de disciplines différentes de nos disciplines initiales nous permet d’enrichir notre démarche scientifique (positionnement dans le champ, état de l’art, méthodologie, mise en application sur le terrain, grille de lecture, analyse des résultats, …) mais elle nous demande de mener une réflexion sur la mise en place de cette pluridisciplinarité.

Ce premier axe vous invite à présenter une partie de vos travaux ayant conduit à mener une démarche pluridisciplinaire. Vous pourrez pour cela présenter un retour d’expérience d’une partie de votre démarche scientifique en discutant dans quelle mesure la pluridisciplinarité vous a permis d’enrichir vos travaux ainsi que les difficultés/contraintes d’une telle démarche. Vous pourrez aussi mener une discussion plus générale sur la place de la pluridisciplinarité dans votre recherche.

La pluridisciplinarité peut également être une question de parcours et de trajectoire de formation non linéaire. Certain‧es d’entre nous sont passé‧es par plusieurs cursus académiques au cours de leurs études supérieures, voire même lors de leurs parcours professionnels. Ces trajectoires individuelles sont parties prenantes de la fabrique de la pluridisciplinarité et revenir sur son propre parcours peut être utile pour (se) comprendre (dans) sa démarche scientifique. Nous invitons ainsi les participant‧es à proposer un retour sur leur trajectoire scientifique et disciplinaire, et en quoi cela les aide dans leurs approches de thèse. Cela permettra aussi de mieux se rendre compte, à l’échelle du laboratoire, de la richesse des parcours des membres et que, la pluridisciplinarité, avant d’être théorique, s’incarne dans des pratiques et des trajectoires très concrètes.

2. La pluridisciplinarité pour dialoguer avec les autres

La pluridisciplinarité nous permet de nous pencher sur l’interdépendance des sciences sociales et environnementales qui, a maintes reprises, étudient des objets d’études similaires. Toutefois, entre collègues chercheur‧es, nous ne partageons pas tous la même formation académique et ne maitrisons pas tous la même grammaire scientifique et les mêmes méthodes. La compréhension se doit pourtant d’être mutuelle, entre les sciences sociales elles-mêmes et les approches environnementales, afin de favoriser la collaboration et le partage de connaissances. Bien que proches, il n’est pas forcément évident d’employer les outils de l’anthropologie en tant que géographe ou urbaniste, ou bien l’inverse, car les sciences sociales ne partagent pas toujours la même histoire académique, les mêmes angles d’approches et méthodologies, les mêmes objets d’études privilégiés. La pluridsciplinarité est-elle un moyen de construire une unité à partir d’un langage et de pratiques communes, d’affirmer une diversité complémentaire des démarches ?

Le recours aux outils des différentes sciences sociales et environnementales interroge la manière dont les chercheur‧es peuvent partager leurs connaissances. Cette transmission de savoirs d’horizons variés est une ressource précieuse pour le travail de terrain et de recherche car il permet d’enrichir notre vision, nos approches. C’est cette ambition que notre laboratoire soutient par l’étude de l’environnement et des sociétés à travers le prisme de nombreuses disciplines. Cependant, nous pouvons aussi nous demander comment les mutations de notre monde peuvent-elle être saisies sans souffrir d’une potentielle concurrence dans la définition des termes et des concepts dans les approches critiques ? En quoi l’interdisciplinarité nous permet de réfléchir à notre manière de dialoguer et de partager notre savoir ?

3. Stratégies et rapport aux institutions dans la démarche pluridisciplinaire

A l’heure de l’anthropocène et de la globalisation des échanges, il a été mis en avant que nous ferions désormais face à un « tournant global des sciences sociales » (Caillé & Dufoix 2013). Ce contexte entraîne des transformations disciplinaires, liés à la fois à la complexification des objets de recherches à penser « globalement », mais aussi à la « globalisation » des sciences ellesmêmes. L’inscription de la recherche dans ces dynamiques nterroge ainsi le paradigme disciplinaire (incarné par le CNU notamment), très prégnant dans le contexte français, avec le développement du paradigme des studies, de plus en plus dominantes et revendiquées à l’échelle mondiale. L’ancrage disciplinaire demeurant un prérequis pour soutenir sa thèse, comment s’ouvrir aux autres disciplines sans perdre son attache ? Comment faire avec ce contexte français disciplinaire tout en s’inscrivant dans des logiques de recherches globales comme les studies ?

De plus, les questions environnementales et sociales sont étudiées de manière systémique et transversales. Il apparaît dès lors utile, voire nécessaire de puiser dans les savoirs/pratiques des autres disciplines pour compléter sa recherche. Or, d’un point de vue réflexif, la pluridisciplinarité peut aussi être considérée comme normative. On peut alors se poser la question du rapport à cette démarche qui peut être considérée comme une ressource mobilisée dans des stratégies (de publications, de communications, …) pour se positionner dans le champ scientifique contemporain (Bourdieu 1976). Dès lors, il convient d’interroger les « usages cliniques » que l’on peut faire de la pluridisciplinarité dans l’objectif de rendre sa recherche meilleure, et les « usages cyniques » dans les stratégies de placement liées au fonctionnement de la recherche contemporaine (Bourdieu et Wacquant 1992). Les propositions pourront ainsi opérer un retour réflexif sur la pluridisciplinarité au regard de leurs propres travaux de thèse.

Ces axes de sessions ne sont pas hermétiques et la richesse des communications proposées donnera un aperçu de l’étendue de la recherche au sein d’EVS. Tous‧tes les doctorant‧es peuvent exposer leur thèse, qu’il/elle soit en première année ou en période de rédaction. La présentation de résultats n’est pas un critère sélectif. L’enjeu du congrès doctoral est de créer un espace de dialogue entre jeunes chercheur‧es pour partager ses réflexions, ses hypothèses, et ses doutes.

Formats de communication

Trois formats de communication sont possibles lors du congrès doctoral :

  • Vous pouvez présenter votre thèse lors d’une session en précisant dans quel(s) axe(s) vous vous inscrivez. Votre exposé fera l’objet d’une communication de 15 minutes, suivis de 10 minutes de questions. Cette année, vous pouvez aussi mener à deux une conversation croisée autour de la question de la pluridisciplinarité au regard de vos expériences de recherche. Nous proposons par exemple à ce que vos travaux de thèse soient présentés par un collègue, et inversement. Cette conversation devra se restreindre à 30 minutes et fera l’objet d’une discussion de 30 minutes.
  • Vous pouvez présenter un poster de votre thèse ou d’une partie de vos résultats. Les posters seront affichés dans la salle du congrès doctoral toute la journée. Les posters seront aussi affichés aux journées d’EVS durant lesquelles un temps vous sera consacré pour les présenter (le jeudi 25 mai matin). Les posters sont attendus en couleur et en format A0
  • Vous pouvez présenter un outil de recherche que vous souhaitez mettre en lumière. La session « mon outil de recherche » a pour objectif d’amorcer des échanges et débats moins formels sur la méthodologie de recherche entre l’auditoire et la/le doctorant‧e à partir d’un exposé synthétique de cinq minutes de l’outil choisi.
    • Ex : Une chronique d’historicité, outil utilisé pour documenter les événements marquants de l’histoire d’une TPE du bâtiment et de son dirigeant dans la perspective de mieux saisir son activité dite « entrepreneuriale ».
    • Ex : La cartographie sensible et affective est de plus en plus utilisée par les jeunes chercheurs en géographie afin de mettre en évidence l’approche qualitative des sciences spatiales. Les productions cartographiques alternatives invitent ainsi à renouveler les débats méthodologiques sur les représentations des territoires.
      Les présentations prendront la forme d’ateliers réalisés en simultané, l’auditoire pourra se déplacer et échanger librement avec les doctorant‧es au cours de l’heure dédiée. Si vous souhaitez participer à « Mon outil de recherche », il sera attendu que vous accompagniez la présentation de votre outil d’un support de votre choix (l’outil en lui-même ou des photos, vidéos, dessins…).

Si les propositions de communications sont encouragées à se saisir de l’AAC et à s’inscrire dans ses axes, les présentations de type poster et « mon outil de recherche » sont plus libres. Ils peuvent ne pas s’inscrire dans les axes précités. L’idée étant soit de présenter sa thèse sur un seul support (le poster), soit de présenter une manière concrète de mener sa recherche (un outil). Les communications orales pourront s’affranchir aussi, par moments des axes proposés. L’objectif premier du congrès doctoral demeure précisément d’offrir un espace de présentation des thèses des doctorant.es du laboratoire.


Les réponses de participation (fiche d’inscription à remplir) sont à envoyer avant le 25 avril à l’adresse mail suivante : doctorants.umr5600@univ-lyon3.fr

Programme (provisoire) du congrès doctoral (mercredi 24 mai 2023, ENS de Lyon)
Matinée : Campus Monod, salle des thèses
8h30 : Café d’accueil
9h00 : Présentation du congrès par les représentant‧es des doctorant‧es
9h15-10h45 : Session 1. 3 présentations
10h45-11h00 : Pause café
11h00-12h30 : Session 2. 3 présentations
Déplacement du campus Monod au campus Descartes
Repas et après-midi : Campus Descartes, jardins et salles de 40 places
13h-14h : Repas (buffet, jardins)
14h-15h30 : Session 3. 3 présentations
15h30-15h45 : Pause café
15h45-17h15 : Session 4. 3 présentations
17h30-18h30 : « Mon outil de recherche »
18h30 : Apéro dinatoire (buffet, jardins)

Bibliographie indicative
Bourdieu, Pierre. « Le champ scientifique ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2, no 2 (1976): 88-104. https://doi.org/10.3406/arss.1976.3454.
Bourdieu, Pierre, et Loïc Wacquant. Réponses. Pour une anthropologie réflexive. Libre Examen. Paris: Seuil, 1992.
Caillé, Alain, et Stéphane Dufoix. Le tournant global des sciences sociales. Bibliothèque du Mauss. Paris: La Découverte, 2013.



Citer ce billet
Représentant.es des doctorant.es (2023, 29 mars). Appel à communications Congrès Doctoral EVS 2023 « La fabrique de la pluridisciplinarité à EVS ». Blog des doctorant.es du laboratoire EVS UMR 5600. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omql

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/04/2023

    […] Lire la suite sur le Blog des doctorant.es du laboratoire EVS UMR 5600. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search