Appel à communications Congrès Doctoral EVS 2024 « Terrain en thèse : un laboratoire de diversité »

Les représentant.e.s des doctorant.e.s de EVS (Environnement Ville Société) organisent le congrès doctoral de l’UMR le mercredi 5 juin au Campus Tréfilerie à l’Université Jean-Monnet de Saint-Etienne sur le thème « Terrain en thèse : un laboratoire de diversité ».

Ce thème s’inscrit dans la lignée des journées EVS 2024 consacrées aux « terrains EVS ». Comme mentionné dans la lettre d’information du 22 février 2024, « nos recherches [ont] en commun d’avoir une dimension territoriale et d’être associées à une pratique du terrain, [c’est pourquoi] nous souhaitons cultiver ce qui donne une unité scientifique au laboratoire ». En 2023, le congrès doctoral mettait en lumière la pluridisciplinarité d’EVS : géographie, urbanisme, anthropologie, droit, sciences de l’ingénieur, architecture et ergonomie. Cette année, nous vous proposons de nous intéresser à cette pluralité au travers d’un outil majeur du chercheur : le terrain. 

Selon les disciplines l’objet « terrain » ne se définit pas de la même manière. Il peut être une pratique, une méthodologie, un paysage, une situation, une catégorie, un lieu, un espace, un fragment d’espace, l’espace d’une pratique, là où on déploie des outils conceptuels et méthodologiques de nos disciplines. Il peut également être une notion floue voire inutilisée. C’est donc volontairement que nous n’en proposons pas ici de définition, l’objectif étant que l’ensemble des doctorant.e.s puisse se saisir de ce thème. Lors du congrès, nous souhaitons que les échanges mettent en relief les diversités et les convergences autour du terrain dans notre laboratoire afin de nourrir nos réflexions de chercheur.e.s. Nous vous proposons ainsi d’orienter vos communications autour des axes thématiques suivants : 

1. Terrains en mouvement : évolution, adaptation ou changement au cours du chemin de thèse

    La thèse est un exercice scientifique très évolutif et le terrain peut représenter un pivot qui définit ensuite la dynamique que prend le doctorat. Il est commun de se faire une image préconçue de son terrain avant de l’approcher, construite par des semaines/mois/années d’un cheminement d’avant-thèse. Mais souvent la réalité est différente : problèmes d’accessibilité, financement, autorisations administratives, changements géopolitiques.. Il est alors obligatoire pour le/la doctorant.e de faire un choix : se résigner, s’adapter, évoluer, ou encore changer. 

    Ce premier axe est l’occasion d’aborder l’évolution du terrain au cours du parcours de thèse. Il peut être question de cheminement scientifique sur le regard que l’on pose sur le terrain, la manière de le traiter et de l’appréhender. Il est possible aussi d’évoquer les difficultés qui ont été rencontrées et comment elles ont pu être surmontées (ou non). Cet axe est aussi le lieu de discussion d’une méthode, d’une problématique, d’un enjeu, d’un terrain qui évolue, par l’apprentissage ou par la pratique qui se confronte aux enseignements théoriques. Ce premier axe peut accueillir des communications croisées entre doctorant.e.s de différents niveaux d’avancement pour comparer des parcours, des obstacles ou des réussites. 

    2. Terrains matériels, terrains immatériels 

    Selon les disciplines, le terrain n’a pas la même définition et ne correspond pas toujours à un objet matériel. Certaines disciplines ne parlent pas de terrain, là où d’autres le considèrent comme un objet central. Définir le terrain comme un espace physique déterminé serait donc une vision très réductrice, au vu de la pluralité des pratiques de recherche du laboratoire. 

    Dans cet axe, nous souhaitons montrer la diversité d’acception des terrains présente dans notre laboratoire : comment et qu’est-ce qui définit le « terrain » ? Est-il toujours un espace physique délimité ? comment en définir les limites ? de la même façon, qu’est ce qu’un terrain immatériel ? Quelles méthodologies sont utilisées ? Est-ce indispensable de « faire du terrain » pour faire une thèse ? Cet axe est le lieu d’une présentation problématisée de votre thèse, en illustrant la forme du terrain, quel qu’il soit, au sein de celle-ci. 

    3. Terrains (in)connus, terrains choisis, terrains subis 

    Pour certain.e.s doctorant.e.s, le terrain est un terrain « coup de cœur », qu’il/elle connaît parfois bien ou sur lequel il/elle a déjà travaillé. Il/elle élabore pendant des années un projet de recherche centré autour de ce terrain et la thèse est enfin le lieu pour exercer cette recherche-passion. Pour d’autres, il peut s’agir d’un terrain nouveau et inconnu, qui lui a été imposé, par exemple dans le cadre d’un appel à candidature au sein d’un projet de recherche. Certain.e.s développent un attachement au terrain, mais d’autres non. 

    Ces deux approches amènent à s’interroger sur le rapport personnel au terrain. Est-ce qu’un lien personnel au terrain est indispensable ? Comment s’approprier son terrain ou au contraire prendre de la distance avec celui-ci ? Cet axe invite à prendre du recul et à discuter de son approche et de son rapport au terrain. Il peut aussi permettre des communications croisées, par exemple entre un.e doctorant.e ayant choisi son terrain et un.e autre ne l’ayant pas choisi.  

    4. Terrains partagés, terrains divisés : la problématique du terrain unique

    Les doctorant.e.s ne sont pas toujours les seuls chercheurs/acteurs de leur terrain, ni même de leur objet de recherche. Un terrain peut être étudié par différentes disciplines qui auront des approches et des regards différents. Des terrains étendus géographiques peuvent être répartis entre différents chercheurs qui n’en étudieront qu’une portion. Et plusieurs équipes de recherche peuvent travailler sur un terrain mais à des périodes temporelles différentes. Cette division d’un terrain unique peut mettre en exergue de nouvelles dynamiques de recherche ou de collaboration voire de concurrence. 

    Ce dernier axe est un lieu adapté à des regards croisés sur un même terrain, ou encore pour aborder la nécessité de diviser un terrain, que ce soit géographiquement ou par discipline, soit pour l’étudier de la manière la plus complète possible, soit pour articuler des dimensions différentes. Cet axe peut aussi vous permettre de partager un retour d’expérience sur le partage, décidé ou non, d’un même terrain avec d’autres doctorant.e.s/chercheur.e.s./acteur.rice.s de la société. 

    Formats de communication 

    Quatre formats de communication sont possibles : 

    • Vous pouvez réaliser une présentation orale de votre thèse, des enjeux et des objectifs lors d’une session, en précisant dans quel(s) axe(s) vous vous inscrivez. Votre exposé durera 15 minutes et sera suivi de 10 minutes de questions. Les communications seront regroupées par axe et permettront des discussions. 
    • Vous pouvez aussi choisir de réaliser une communication croisée à deux ou à trois. Ce format peut permettre un échange de point de vue sur l’un des quatre axes (ou plusieurs), sur un format libre (questions-réponses, communications classiques qui se répondent). Vous aurez alors 20 minutes de présentation, suivie d’une discussion de 10 minutes. 
    • Vous pouvez présenter un poster de votre thèse ou d’une partie de celle-ci. Les posters seront exposés dans la salle du congrès doctoral toute la journée. Lors d’une session dédiée, ils feront l’objet d’une présentation synthétique de 5 minutes. Ils seront aussi affichés soit aux journées EVS (6 et 7 juin) soit durant l’AG de décembre, moments durant lesquels un temps vous sera consacré pour les présenter. Les posters sont attendus en couleur et au format A0, 10 jours avant le congrès doctoral. Ils seront imprimés par le laboratoire. Pour vous aider, une formation « conception d’un poster » sera organisée les 10 et 29 avril par Hélène Mathian, Hervé Parmentier et Manuel Appert.
    • Vous pouvez participer à l’exposition « Retour de terrain », en proposant photos (5 maximum), vidéo(s) documentaire (s), son(s), croquis, carnet(s) de terrain, carte(s), etc., en lien avec votre thèse. Les supports pourront être pris en charge financièrement par le laboratoire EVS selon leur forme/type, les contributions devront être transmises (en particulier les fichiers photos) au moins 10 jours avant le congrès.

    Cette session, qui mêle à la fois expérience de terrain et méthode de recherche, a pour objectif de permettre des échanges moins formels entre le.la doctorant.e et l’auditoire, à partir d’un exposé synthétique de 5 minutes. L’élément que vous présenterez peut être un support de travail, un résultat de votre recherche, un retour de votre terrain, etc. Ce nouveau format fait écho à « mon outil de recherche » qui était proposé lors des éditions précédentes. Vous pourrez donc aussi présenter votre outil dans le cadre de cette exposition. 

    L’exposition sera disponible dans la salle du congrès doctoral toute la journée. Les présentations se dérouleront lors d’une session dédiée, pendant laquelle l’auditoire pourra se déplacer et échanger librement avec chaque doctorant.e. L’exposition sera aussi affichée soit aux journées EVS soit lors de l’AG de décembre.

    Le but principal du congrès doctoral étant d’offrir un espace de présentation et d’échange aux doctorant.e.s du laboratoire, le thème et les axes proposés ne doivent pas être vus comme une contrainte et un frein, mais plutôt comme une opportunité pour présenter sa thèse et mener de nouvelles réflexions sur celle-ci. Tous.tes les doctorant.e.s sont invité.e.s à exposer leurs recherches, qu’ils ou elles soient en première année ou en période de rédaction. 

    Les propositions de communication sont à envoyer pour le vendredi 19 avril à l’adresse mail suivante (fiche d’inscription à remplir) : doctorants.umr5600@univ-lyon3.fr

    Programme prévisionnel : 

    8h30 : Accueil café

    9h : Présentation du congrès par les représentant.e.s des doctorant.e.s 

    9h15 – 12h00 : Communications

    12h00 – 12h30 : Exposition/posters

    12h30 – 14h : Repas (buffet)

    14h – 17h30 : Communications

    17h30 – 18h30 : Exposition/posters

    18h30 – Un moment convivial sera organisé à la suite du congrès. 

    Bibliographie indicative : 

    Calbérac, Yann. « Le terrain des géographes est-il un terrain géographique?. Le terrain d’un épistémologue. » Carnets de géographes 2 (2011).

    Clair, Isabelle. « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 213, no. 3, 2016, pp. 66-83.

    Claval, Paul. « Le rôle du terrain en géographie: Des épistémologies de la curiosité à celles du désir ». Confins, no 17, mars 2013. https://doi.org/10.4000/confins.8373.

    Hellec, Florence. « Le rapport au terrain dans une thèse CIFRE. Du désenchantement à la distanciation », Sociologies pratiques, vol. 28, no. 1, 2014, pp. 101-109.

    Mauger, Gérard. « Enquêter en milieu populaire ». Genèses, vol. 6, no 1, 1991, p. 125‑43. https://doi.org/10.3406/genes.1991.1096.


    OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
    Représentant.es des doctorant.es (22 mars 2024). Appel à communications Congrès Doctoral EVS 2024 « Terrain en thèse : un laboratoire de diversité ». Blog des doctorant.es du laboratoire EVS UMR 5600. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2p9


    Vous aimerez aussi...

    1 réponse

    1. 25/03/2024

      […] Lire la suite sur le Blog des doctorant.es du laboratoire EVS UMR 5600. […]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search