Mot des représentant.e.s des doctorant.e.s EVS

Bonjour à toutes et à tous,

Depuis maintenant plus d’un mois, nous avons pris nos fonctions en tant que représentant.e.s des doctorant.e.s du laboratoire EVS. D’abord, nous tenons à remercier celles et ceux ayant pris le temps de voter lors de cette élection. Nous voulons aussi profiter de cette occasion pour nous présenter et vous rappeler notre rôle au sein de l’UMR.

Nous sommes trois binômes

– Liolia BAJEMON / Melvin MEGNE-MNDONG (élus pour 2 ans)

– Clément FRAYSSE / Delphine BEAL (élus pour 2 ans)

– Amber GOYON / Noé PARROT (nommés pour 1 an)

Nos missions sont, entre autres : 

  • Porter la voix des doctorant.e.s au sein du conseil de laboratoire ;
  • Faciliter l’intégration des doctorant.e.s au laboratoire ;
  • Favoriser les échanges entre les doctorant.e.s des différentes composantes, à travers des événements scientifiques ou conviviaux ;
  • Être un relais, un point d’écoute ou des médiateurs en cas de problèmes rencontrés au cours de la thèse ;
  • Assurer la communication des actualités scientifiques et du laboratoire.

Nous sommes impatients de vous retrouver en juin pour deux évènements spécialement conçus pour les doctorants : les journées d’écriture au lac Devesset et le congrès doctoral à Saint-Etienne sur la thématique du terrain.  

Liolia est doctorante en géographie sociale et numérique depuis octobre 2023, sous la direction de Hervé Piégay (CNRS) et Lise Vaudor (CNRS). Elle est rattachée à la composante Biogéophile de l’ENS de Lyon. Sa thèse s’intéresse aux discours sur les rivières à l’échelle mondiale et s’appuie sur l’analyse de données du web. Ses travaux s’inscrivent dans l’ANR GloUrb, qui a pour but d’étudier l’urbanisation des plaines alluviales et ses conséquences socio-environnementales. 
Melvin est doctorant en géographie physique et environnementale depuis septembre 2022 sous la direction de Hervé Cubizolle (CNRS) et Jean Aubin Ondo (ENS_Gabon). Il est rattaché à la composante EVS ISTHME de Saint-Etienne. Sa thèse s’intéresse aux tourbières équatoriales du bassin de l’Ogooué (Gabon), en s’appuyant sur l’analyse des macro-restes et des datations par le radiocarbone pour montrer le contexte hydroécologique de leur mise en place et préciser leur évolution dans le temps. 
Clément est doctorant en géographie physique depuis décembre 2023, sous la direction de Yanni Gunnell (Lyon 2) et Romain Delunel (CNRS) au sein de la composante Lyon 2-IRG. Sa thèse vise à comprendre les différents cycles de dépôts géologiques Plio-Pléistocène des Alpes dans son bassin d’avant-pays occidental, s’étalant jusqu’au Rhône actuel entre le nord de Lyon et Valence. Pendant sa thèse, il s’appuie principalement sur des outils de sédimentologie, de cartographie numérique et de datation multi-méthode. 
Delphine est doctorante en ergonomie depuis septembre sous la direction de Valérie Pueyo (Lyon 2) au sein de la composante Corps Travail Territoire (CTT). Sa thèse s’intéresse à la conduite de projet et aux transitions professionnelles des acteurs de l’urbanisme transitoire, c’est-à-dire qu’elle s’axe sur le travail des concepteurs de cette nouvelle forme d’urbanisme. Ses travaux s’inscrivent dans la lignée de ceux menés par l’équipe d’ergonomie, qui se donnent pour objectif de concevoir des « régimes de travail » permettant de relever les défis écologiques et sociétaux, en prenant soin des activités humaines de travail. Elle a une appétence particulière pour la conduite de projet de conception – où l’ergonomie se situe à l’articulation entre sciences de l’ingénieur et sciences humaines et sociales – et pour les thématiques de transitions écologiques et sociétales. Pour elle, son rôle d’ergonome est d’aider/d’outiller ceux qui portent des réponses aux défis de l’Anthropocène pour qu’eux aussi aient une activité tenable et soutenable. Pas de transitions écologiques et sociétales sans travailleurs pour les mettre en œuvre au quotidien !
Amber est doctorante en géoarchéologie littorale à Lyon 2 depuis décembre 2021, sous la direction de Yanni Gunnell (EVS) et Gilles Van Heems (HiSoMA) au sein de la composante EVS-IRG. Sa thèse porte sur la reconstruction de l’interface entre terre et mer de la cité étrusque de Populonia (Toscane, Italie) au Ier millénaire av. J.-C par l’utilisation de l’approche géoarchéologique. Ses travaux s’inscrivent dans le projet IDEXLYON Thalassocraties sans port : fait ou fiction (2019-2021) qui avait pour but l’étude des environnements portuaires des civilisations étrusques et carthaginoises. Sa thèse s’articule autour d’objets et de méthodes pluridisciplinaires et vise à apporter des informations pour reconstruire les milieux littoraux en Toscane, en particulier durant les périodes antiques.
Noé est doctorant en géographie sociale et urbaine depuis octobre 2022, sous la direction de Karine Bennafla (Université Lyon 3) et Virginie Chasles (Université Jean Monnet Saint Etienne). Il est rattaché à la composante CRGA de l’université Lyon 3. Il travaille sur les évolutions de la cohabitation entre humains et animaux dans les villes des pays émergents, notamment sur la dimension des circulations et des temporalités dans une perspective de changement  urbain rapide. 

A bientôt, 

Les représentant.e.s des doctorant.e.s EVS


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Représentant.es des doctorant.es (26 avril 2024). Mot des représentant.e.s des doctorant.e.s EVS. Blog des doctorant.es du laboratoire EVS UMR 5600. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/wbk1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search